10 Ans après la tuerie de l'école juive de Toulouse, marchons à Paris contre l'antisémitisme

Le samedi 19 Mars 2012 avait lieu la tuerie antisémite de l’école juive Ozar Hatorah à Toulouse : 3 enfants, Gabriel Sandler, 3 ans, Arié Sandler 6 ans, Myriam Monsonégo 8 ans et Jonathan Sandler furent assassiné.es parce que juif/ves.

Le Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes (RAAR) appelle à une marche qui affirme l’opposition ferme à l’antisémitisme et à toutes les formes de racisme. De nombreuses organisations et associations qui partagent ce combat participeront à la mobilisation. Le cortège partira de la Place de la République et se rendra sur le Parvis des 260 enfants dans le 4e arrondissement, lieu symbolique où se déroulera un moment de mémoire et de mobilisation.

Le RAAR ouvre également un débat public sur les événements de Toulouse le même jour de 13H30 à 16H (Grande salle du 31 Rue de la Grange aux Belles 75010) et y invite toutes celles et ceux qui veulent tirer en le bilan et tracer la voie d’un engagement prolongé.

Participeront à ce débat : Michèle Riot-Sarcey, Historienne, Robert Hirsch auteur, membre du RAAR, Brigitte Stora auteure, membre du RAAR, Emmanuel Sanders (Membre des JJR). 

APPEL : 10 ans après Toulouse, nous disons "Non à l'antisémitisme"

Il y a 10 ans Mohamed Merah assassinait 3 enfants et un professeur de l’école juive Ozar 
Hatorah à Toulouse pour la seule raison qu’ils/elle étaient juifs/ juives. Ce massacre se produisait après plusieurs années d’actes antisémites, dont l’assassinat d’Ilan Halimi en février 2006. En janvier 2015, quatre personnes juives étaient assassinées lors de l’attentat de l’Hypercacher : Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada, Sarah Halimi en 2017 et Mireille Knoll en 2018 étaient tuées à cause de la même haine antijuive. L’été dernier des pancartes antisémites fleurissaient lors des manifestations contre le pass sanitaire.

Parce que l’antisémitisme est toujours présent et qu’il peut tuer, rassemblons nous le 13 mars pour dire « Non à l’antisémitisme», mais également «Non à tous les racismes», parce que tous les racismes tuent, blessent, discriminent dans notre société.

Nous refusons également que les prêcheurs de haine de l’extrême droite profitent de l’anniversaire de ces événements sanglants afin de prôner une vision du monde excluant l’autre, juif/ve, musulman.e, noir.e, rom.e, asiatique …

Dire Non à l’antisémitisme, c’est dire Oui à une société fraternelle

 

Association Fonds Mémoire d'Auschwitz

contact@afma.fr